17/08/2008

Ce qu'Ils aiment

Quels dieux, quels anges ne soupireraient pas

à la vue d'une obscurité pâle et pesante

d'un accident du hasard ou de la volonté

fortuite de tant d'êtres malheureux

qui n'ont appris qu'à regarder le sol et sa boue

et qui pleurent comme des bambins capricieux?

Les dieux aiment ceux qui se tournent

vers la lumière comme des tournesols,

celles et ceux qui chantent l'instant unique,

les bouches qui savent taire ce qui leur reste

de sottise , de vides, de parures à cliquetis

Les anges aiment les éclats de rire, les parfums de l'art

20:47 Écrit par Tuala dans POESIE | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Une aube Quoi qu'il arrive, c'est un miracle permanent d'être vivant, d'être là.

Un miracle renouvelé à chaque respiration, à chaque instant, un état d'équilibre instable, un état de grâce improbable, un constant sujet d'étonnement, une aube.

Écrit par : Jean-Marc | 18/08/2008

Répondre à ce commentaire

Angels Angels rest, shimmering
on moonbeams, sun streams,
as beloved children sparkle
with that life-is-good feeling.
Children who, say, turn
flowers into ballerinas; play
with liquid rainbows; laugh
as Daddy-long-legs dance
up their arms.

Angels pale, raining
desolate tears
as they carry broken children
home. Children who, say, crawl
under furniture, become invisible.
Their spirit eclipsed, betrayed.
Children who, say, grow up
as silent as the moon.

Angels are born, gleaming
when a mother picks up her life,
her love, off from the floor,
gathers her broken child,
and leaves
the silence under the furniture.
Becoming visible,
luminous,
as that life-is-good feeling
returns to her child's playful laugh;

and she comes to believe
all children can
dance on moonbeams,
glimmer like sun streams;

the beloveds of angels.


© 2000 Suzanne L. Noel

Écrit par : Jean-Marc | 20/08/2008

Répondre à ce commentaire

Alors vivons d'espérance......... C’est la petite lumière qui brille au fond de ton cœur
Et que nul au monde ne saurait éteindre.

Si ton cœur est brisé, malheureux, éperdu
Si ta vie est triste, monotone, sans saveur
Si l’angoisse parfois et souvent te saisit

La petite espérance est la, au fond de ton cœur
Qui va te permettre de remonter la pente.

Elle est le doux printemps qui surgit après l’hiver
Elle est ta bonne étoile qui scintille dans le ciel
Elle est le souffle du vent qui chasse les nuages…

Si tu te crois sans force, sans idée, sans espoir,
Tout au fond d’une impasse, dans le noir d’un tunnel
Si tu n’as plus le goût a rien, ni même celui de vivre…

La petite espérance est encore la, au fond de ton cœur
Qui te donne le courage quand tout semble fini.

Elle est la goutte d’eau pure qui jaillit de la source
Le jeune bourgeon qui permet a l’arbre de reverdir
La clarté du jour, là-bas, au bout de la nuit.
Ce Qu'ils aiment...que nous gardons cette ...Lueur....
Bonne fin de semaine Licorne...Oups, bientôt la rentrée....
Bisous à bientôt
Mélodie

Écrit par : Mélodie | 20/08/2008

Répondre à ce commentaire

Melodie et Jean Marc Comme j'ai de la chance d'avoir des amis tels que vous:)
Mélodie, ton poème est magnifique: je le relirai souvent et encore de tout coeur merci pour le trésor d'amitié et de paix que tu m'as offert lors de mon séjour chez toi.
Jean- Marc, tu sais vraiment choisir des textes, des poèmes extraordinaires de finesse, de justesse et d'à propos. Le poème anglais est superbe et Nietzche traduit on ne peut mieux ma pensée ( la tienne et celle de Mélodie) quant à la course folle de notre société 'à produire'.
Gros bisous à tous deux

Écrit par : Josiane | 20/08/2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.