24/04/2009

Poème pour Licorne

Ecrit par Artemis, Belgique, offert à Licorne

Merci Artemis Embarassé

Il est des matins
Où,
Après des jours de pluie,
Lorsque tu ouvres les yeux,
Un timide rayon de soleil
Perce timidement la brune.

A mi-chemin entre inconscient,
Subconscient et conscient,
Les doux rêves de la nuit
Ne sont pas encore incandescence

Le souffle des ailes du papillon,
Transformé en princesse charmante,
Par un chaste baiser sur le bout du nez
Plane encore entre sommeil et éveil…

Tu te laisses surprendre à rêver
À un jus de fruits et légumes bien frais,
À un thé fumant, aux arômes de fleurs,
Et à un croissant chaud.
Rêver
À une promenade matinale,
En jeans, gros pull et bottes,
Partagée, pas à pas,
Dans la nature qui s’éveille,

Ton odorat titillé par
Les senteurs qui montent de la terre et de la flore,
Ton ouie charmée par
Le pépiement des oiseaux en quête de quelques miettes,
Ton regard émerveillé par l’harmonie de la nature,
Ton chien gambadant de-ci, de-là,

Magie de l’instant
Que tu savoures
Goutte à goutte…

Mais

La lumière se fait plus intense
À travers les persiennes entrebâillées.
Tu entrouvres les yeux,
Encore imprégnés
De sommeil et de rêves,

Tu tournes le regard,
Doucement,
Les yeux pleins d’étoiles,
Le désir titillant tes sens,
Et n’aperçoit sur l’autre oreiller

Que… le livre abandonné cette nuit,
Lorsque, ivre de fatigue,
Tombant enfin de sommeil,
Tu t’es finalement réfugié
Dans les bras froids de Morphée,

Que… ton cahier d’écriture ouvert,
Le crayon posé sur tes dernières lignes,
Que… ton gsm, qui hier encore, n’a pas voulu appelé,
Que… un mail impossible à comprendre tant il est offert
Solitude infinie de l’instant… qui te prend au ventre…
Instinctivement, tu refermes les yeux,
Détournes le regard de ce vide infini, douloureux,
T’enfonces sous la couette, happant sa douceur, sa tiédeur,
Et te laisses emporter à rêver encore, encore et encore…
A un autre matin…

Alors, dans la tiédeur de « CE » petit matin,
Tu te laisses submerger
Par des rêves,… des rêves à l’infini,
Avec le secret espoir
D’en réaliser quelques uns.

Rêver, n’est-ce pas déjà donner un élan vital
À une attente apparemment passive
En imprégnant ton inconscient
Et titillant ton subconscient
D’un désir profond ?

Et peut-être imprimer de manière indélébile
le possible dans le présent…

15:07 Écrit par Tuala dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.