01/05/2010

Absence de raison

Aujourd'hui, je donne congé à ma raison

Alors, je peux sortir de la vieille maison,

constuire un nouveau lieu, bleu, vert, lilas,

le meubler comme je veux, pas à pas,

toi et moi , loin des habitudes usées,

des vernis écaillés, des objets inutiles,

des sourires et des rires partout accrochés

aux murs qui respirent un bonheur puéril

pour se réveiller demain matin, le regard léger

ne sachant pas que c'est un rêve doux d'été

parce qu'on se pense soudain dans une réalité

inventée entre nos baisers, nos caresses, nos mains

L'horizon se couche sur nos ventres scellés

et le soleil se blottit contre le rouge carmin

de nos joues chaudes et enflammées

des traces de nos envies, de nos pensées

Ce soir, je rangerai la précieuse clé

de ce nid créé en l'absence de ma raison

Je sais que tu pourras aussi le retrouver

les yeux fermés, guidé par ton imagination

 

 

 

 

 

13:41 Écrit par Tuala dans POESIE | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.