01/06/2016

A corps et à coeur

bonjour fée.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est un long chemin pour mon cœur timide, un peu fatigué

par les sentiers tordus qu’il a empruntés ces années passées

Il s’appuie sur un bâton d’espoir  ramassé près de ton sourire

sans bien lire la carte des sentiments, il s’est mis à gravir

les rochers menant à la cime dans son costume rose froissé

 

Pourtant, il ne savait même pas ce qu’il rencontrerait là-haut

Une main pour l’accueillir ou le vide de la pierre d’un tombeau

La lumière changeante de chaque aurore trouble son manteau

Le vent glisse sous ses habits des poussières de rêves chauds

Mon cœur accélère sa marche, lève la tête et redresse le dos

 

Faut-il qu’il remercie le ciel, les fées ou simplement ce baiser,

Faut-il qu’il se maudisse d’avoir encore cédé à l’envie d’aimer?

Il aurait pu survivre muet, dans sa vallée du silence, sans bouger

Dans sa poche, quelques  miettes d’étoiles, trois mots et une clé

Souvent, il pensait les jeter tout au fond des eaux d’un lac gelé

 

Aimer ou être aimé, aimer et être aimé en retour, des fadaises ?

Pourvu que mon cœur ne se fracasse plus  au bord des falaises

C’est bon d’aspirer au calme, sans blessures, installé à l’aise

Au coin d’un feu de bois qui ne tue pas, entre deux parenthèses

Mon cœur vieillira alors et feuillètera ses souvenirs sur sa chaise

 

Rêve, réalité, illusion, mirage se confondent au flou de son horizon

Tant de fois heurté, trompé, charmé, normal ce trouble de la vision

Mon cœur n’a jamais su promouvoir les mensonges des chansons

Il n’a appris que le langage des émotions, pas celui des tentations

Si tu ne veux que dérober mon corps, ignore le cœur et ses raisons

 

Laisse mon âme au repos dans sa retraite, loin des hésitations,

A l’abri des intempéries des doutes, des orages des saisons

Ne soulève pas des réponses cruelles sans vraies questions

Partageons alors seulement les délices des folles sensations,

les vagues déferlantes du plaisir joyeux du mutuel abandon

07:47 Écrit par Tuala dans POESIE | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.