07/06/2016

Entre ciel et mer, tu étais là

Texte à caractère poétique

Fille Plage mer.jpg

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Assise sur une plage devant le ciel et la mer embrasés par l’amour rougeoyant de l’Astre solaire.je lis sur les lèvres des vagues les murmures de mes années passées. Mon cœur gonfle au souffle qui balaie doucement les grains autour de mes chevilles.
 
Je suis si petite, vraiment toute petite, je suis la fillette solitaire que je fus. Je me sens toute entière, dans mon corps mûr de femme, englobée dans l’immensité indicible liquide et aérienne. Je suis une si petite partie de ce tout. Je n’ai plus de nom.
 
Rapproche-toi sans bruit et sans mot. Tu n’es pas là mais approche tout de même, viens poser tes mains sur mes épaules. Touche ma nuque de ta main. Tu n’es pas là mais pose-toi à côté de moi, sur le sable. Ne me regarde pas, sens-moi.
 
Les rubans infinis des nuages roses et violacés dansent lentement répandant leurs chants sur nos corps. Le soleil se fond de rouge à l’horizon et dans quelques instants, nos yeux le quitteront. Ma respiration s’accélère un peu : je n’aime pas que le soleil se couche sans moi. Je voudrais le retenir encore un peu, comme à chaque fois, pas toi?
 
L’air s’est subitement rafraîchi. Tu n’es pas là, tu n’y peux rien mais prends ma main. Je sais bien que la mer monte très vite à présent et que l’obscurité progressive de la nuit étend son ombre. Je sais que je dois me lever et partir. Tu ne dis rien et c’est bien.
 
Les embruns tardifs piquent mes joues de gouttelettes d’étoiles. Nous quittons la plage, ton bras autour de mes épaules. Tu n’es pas là mais raccompagne-moi.
Je crois que tu as aimé être là avec moi.
 
Écriture libre d’un souvenir...

08:55 Écrit par Tuala dans POESIE | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.